De Secondat à Montesquieu

(Extrait de « Montesquieu intime » par Philippe de Montesquieu)

« On rattache abusivement les Montesquieu au château de La Brède, or celui-ci est un fief féminin qui appartenait à la mère de Montesquieu, Melle de Pesnel de La Brède. En réalité, les Secondat de Montesquieu se rattachent à l’Agenais ».

C’est en Agenais que la famille du grand écrivain va vivre et s’illustrer pendant de nombreux siècles. Son histoire se confond avec celle de cette province.

 

 

DE SECONDAT A MONTESQUIEU

 

 

La famille de Secondat tire son origine des seigneurs de Chateauneuf en Berry, cadets de la Maison de Culant. Cette maison, issue des Comtes souverains de Blois, de Chartres et de Champagne, fut une des races féodales « qui ont jeté le plus d’éclat à l’histoire de France » .Pour préserver la pureté de sa lignée, la famille prit l’habitude de laisser ses vastes domaines à l’aîné de ses fils, et de déshériter les cadets, qui adoptaient invariablement le nom de Secondat (Secundus datus).

C’est ainsi que :

-PIERRE DE SECONDAT, premier du nom, quitte le Berry, dans la première moitié du XVème siècle, pour s’établir en Périgord.

-C’est son fils JACQUES qui vient s’établir en Agenais, en faisant construire le Château de Guilhot, au bout du Vallon de Vérone, commune de Foulayronnes.Sire JACQUES DE SECONDAT épousa Noble Demoiselle De la Roque de Loubéjac, tante d’Andriette de la Roque de Loubéjac, femme de Jules-césar Scaliger, auquel elle donna 15 enfants. Ainsi, la famille de Secondat fut bientôt alliée à la famille de Scaliger de l’Escale, de Vérone, comme elle le fut plus tard à celles de Durfort, d’Estrades, de Grailly, de Foix, de Sevin, de Raymond, de La Myre, de Maurepas et de Saint-Exupéry.

 

-PIERRE DE SECONDAT, deuxième du nom, Fils de JACQUES, Seigneur de La Fleyte, Clermont-Dessous, La Montjoie, Lisse, Samazan, Roques, Escassefort, Conseiller du Roi, Trésorier général des Finances, fut nommé Gouverneur des Domaines d’Henri II, Roi de Navarre.Il avait épousé en premières noces Marie-Rose de Lombard, et en secondes noces, en 1536, Margueritte de Pellegrue.

Du premier mariage naquit, en 1515 :

-JEAN DE SECONDAT, deuxième du nom, Ecuyer, Chevalier, Seigneur de La Fleyte, Roques, Clermont-Dessous, Roquefort, Sérignac, et enfin Seigneur de Montesquieu, lorsque Jeanne d’Albret lui en donne les terres le 2 octobre 1564.

Ce Jean de Secondat, est un personnage exceptionnel…..

Il porte les titres de Conseiller de France, Trésorier général des Finances, Maître d’Hôtel ordinaire du Roi et de la Reine de Navarre, Gouverneur du Château de Nérac, Administrateur du Royaume de Navarre en 1564. C’est lui qui reçoit de la Reine Marguerite de France, Duchesse de Valois, Comtesse d’Agenais, le palais connu à Agen sous le nom d’Hôtel de Secondat de Roques, situé devant le Présidial (Place de l’hôtel de ville).

Il épouse, à 49 ans, le 8juillet 1564, Eléonore de Brénieu, fille de Gibaud de Brénieu et de Marguerite de la Pole-Suffolk. En effet, Eléonore, filleule de la Reine d’Autriche (seconde épouse de François 1er) devint demoiselle d’honneur de Jeanne d’Albret et connut à la cour de Navarre, Jean de Secondat, Seigneur de Roques…..

Jean de Secondat meurt à Layrac en 1599, âgé de 84 ans.

Jean de Secondat et Eléonore de Brénieu eurent 9 enfants dont 6 garçons :

-Jean-Henri de Secondat, filleul d’Henri IV, né à Agen, rue des juifs, et connu sous les noms de Roques et de Montesquieu. Lieutenant général, il fut tué à la bataille de Middelburg en 1604.

-Jason, tué à la bataille d’Ivry en 1590.

-Jacques, tué au siège de Nuits en1595.

-Paul, tué au siège d’Ostende en 1601-1604 .

 

-Pierre de Secondat, né à Agen en 1571, Conseiller du Roi et Lieutenant Général en Guyenne : sa descendance forme la branche aînée de la famille de Montesquieu.

 

-Jacob de Secondat, né à Agen le 22 décembre 1576, Gentilhomme de la Chambre des Rois Henri IV et Louis XIII, Chevalier de Saint-michel et Colonel du Régiment de Châtillon, grièvement blessé au siège d’Ostende ou son frère Paul trouve la mort

Connu d’abord sous le nom de Roques et de Sérignac, il prend celui de Montesquieu à la mort de son frère Jean-Henri (l’aîné).

C’est pour Jacob qu’Henri IV érigea en Baronnie Les Terres de Montesquieu, par lettres patentes de février 1606, ainsi rédigées :

« En récompense des bons, fidèles et signalés services du Sire Jacob de Secondat et de sa famille en lesquels il continue tous les jours, et désirant qu’en récompense d’iceux il retire une marque signalée d’honneurs, concédons au Sire de Montesquieu, à lui et à ses successeurs, le titre de Baron, voulant que le dit Jacob de Secondat et ses successeurs soient dorénavant et à jamais censés réputés et appelés Seigneurs Barons de Montesquieu ».

La famille se scinde donc en deux :

-La descendance de Pierre de Secondat forme la branche aînée,

-La descendance de Jacob forme la branche cadette.

Jacob, Seigneur Baron de Montesquieu est l’arrière Grand-père de notre illustre Montesquieu.

Ledit Jacob, Seigneur et Baron de Montesquieu, épouse, le 19 mars 1610, à 34 ans, Marguerite de Sevin, âgée de 23 ans.

Il meurt en son hôtel d’Agen en 1619, léguant de nombreux dons au couvent des Augustins à Agen (sépulture de la famille) et de fortes sommes aux pauvres comme aux autres couvents de la ville, afin que messes soient dites pour le repos de son âme.

Des trois enfants qu’il eut de son mariage avec Marguerite de Sevin, retenons :

-Jean Baptiste Gaston de Secondat, Baron de Montesquieu, né en 1612 à Agen, décédé le 2 août 1678 à Bordeaux, qui épouse, le 26 février 1634, Anne-Jeanne Du Bernet.

De cette union naquirent 9 enfants (6garcons et 3 filles), dont :

-Jean Baptiste de Secondat, l’aîné, Ecuyer, Baron de Montesquieu, Seigneur de Castelnouvel, Talence et Raymond, Président à mortier au Parlement de Bordeaux.

Ayant le malheur de perdre son fils unique, il se démit de sa charge en faveur de son neveu, l’illustre philosophe, qu’il institua son légataire universel.Il meurt en 1716.Le 29 novembre 1697, il avait fait enregistrer ses Armoiries : « D’azur à la fasce d’or, accompagnée en chef de deux coquilles d’or de Saint-Michel et en pointe d’un croissant d’argent », qui figurent sur le monument aux morts de Montesquieu, et la Devise : « Virtutem fortuna secondat ».

-Jacques de Secondat, né à Bordeaux le 29 décembre 1654, épouse, le 25 septembre 1686, Marie-Françoise de Pesnel, fille unique du Château de La Brède.

Ils auront six enfants, dont :

Charles Louis de Secondat, notre illustre MONTESQUIEU.

 

Suivez-nous